Capture d’écran 2022-03-09 à 19.12.36.png

TEXTE et MISE EN SCÈNE

LAURENT CAZANAVE

 

 

SCÈNOGRAPHIE

JULIETTE CHAPUIS

 

CRÉATION LUMIÈRE

MARINETTE BUCHY

 

CRÉATION SONORE

A TRANSIENT STATE

MICHAËL POTHLICHET

 

COSTUMES

KIM SCHAFFNER

 

CHORÉGRAPHIE:

CAROLINE JAUBERT

 

AVEC:

LAURENT CAZANAVE

CAROLINE JAUBERT

LES LOUTRES SE TENAIENT LA MAIN POUR NE PAS DERIVER ET LES ARAIGNÉES ONT PRIS LA PLACE

Malo et Azzilise se séparent. Ils se sont rencontrés jeunes. Ils se sont aimés.

Malo revient pour récupérer  ses dernières  affaires dans leurs appartement avant qu'il soit vendu .

Les souvenirs du quotidien vont resurgir entrainant Malo dans une rêverie  et un questionnement sur le couple et la séparation

Ecrire sur la société est une chose essentielle pour moi. Parler de ce dont les médias ne parlent pas. 

 

Ecrire sur la société est une chose essentielle pour moi. Parler de ce dont les médias ne parlent pas. 

 

Il est important pour moi de faire voir ces non-dits. Je veux faire un théâtre d’émotion fugace, de ressenti personnel. Que chaque spectateur se dise : ah oui c’est ça je l’ai vécu, c’est moi et en même temps un autre. C’est donc universel ? Pourtant c’est différent pour chacun. Cela vaut la peine d’en parler ensemble. 

Ces pensées et ces dialogues viendront en complément de la musique qui sera le coeur du spectacle. La création de Jason et François sera le point de départ du travail des comédiens dont la voix devra venir créer une harmonique supplémentaire au concert réalisé sur scène. Comme dans un opéra, la musique est la base et le texte vient l’enrichir. 

Mon propos est toujours le même Remettre l’humain au coeur du système théâtral et social.

Je veux travailler sur cette violence sourde et quotidienne, sur les clichés que nous impose le monde. On nous a tous dit comment réagir face à telle ou telle situation. On est nourri par notre histoire familiale personnelle.

Mon travail d’écriture se base toujours sur des clichés, et au fur et à mesure ces clichés deviennent des individualités.

 

Ce travail est pour moi un acte politique dans le sens où elle doit pouvoir questionner le spectateur sur sa position intime à la famille.

 

Nous avons tous et toutes vécu des ruptures à tous âges et plus ou moins douloureuses.  Chacun.e à son avis la dessus . Cependant chacun.e le vit différement et en reste toujours des cicatrices.

 

Je veux aussi poursuivre mon travail chorégraphique avec Caroline Jaubert. Le corps est une des questions primordiales dans les relation entre les êtres humain et lors d'une séparation c'est souvent l'absence de ce corps qui est le plus douloureux .

 

Cette pièce finira la trilogie sur le couple qui regroupe

TOUS LES ENFANTS VEULENT FAIRE COMME LES GRANDS

JE ME SUIS ASSISE ET J'AI GOBÉ LE TEMPS