Texte de SENEQUE

Traduction Florence Dupont

Mise en scène : 

Laurent Cazanave

 

 Scénographie :    

Thibault Sinay

 

Musique : 

Anabelle playe 

Chorégraphie:

Christinia Galstian

 

Médée :

 Benedicte Lelamer

 

Créon :

 Giuseppe Molino

 

Jason : 

Laurent Cazanave

 

Nourrices :

 Helene Chevallier

Claudia Monge

 

Le choeur:

 Michaël Pothlichet

Charles Meunier

Duncan Evenou

Théo Costa Marini

 

Le messager,  fils de Médée :

Théo Costa Marini

Une tragédie d’attente : un « pétage de plombs ». 

 

Tout comme « Les Troyennes » de Sénèque,  Médée est une tragédie que je qualifierai « d’attente ». Il y a peu d’action. Seulement un choix à faire pour cette femme. Un choix qui décidera de sa destinée. 

C’est cette question qui m’intéresse. Me plonger dans l’intimité de cette femme, de ses pensées. C’est son humanité que je veux mettre en avant. Voir Médée comme une femme totalement perdue qui ne sait plus qui elle est, où elle est, ce qu’elle fait et qui pourtant aimerait continuer à avancer. Quitter son passé, rayer de sa vie tout ce qui pourrait la rattacher à la vie qui l’a détruite pour commencer à vivre vraiment Son geste est comme une renaissance. Devenir une autre femme, devenir MEDEE.

Toute la pièce tourne autour de cette question et du moyen par lequel elle va y répondre. 

 

 

Une folie amoureuse, une folie humaine

 

Dans cette intimité et dans la question sur son avenir Médée frôle la folie. Que voit-elle ? A qui parle-t-elle ?  Quelle langue parle-t-elle? J’ai le sentiment que seulement trois personnages sont réels pour Médée: elle-même, Créon et  Jason. 

 

 Il y a un certain vertige chez elle. Elle est toujours à deux doigts de s'évanouir, de sombrer définitivement dans la maladie mentale

 

 

Le chœur une figure divine.

Chez chacun il y a de l'arrogance et du défi. C'est animé par une volonté profonde d'être que les figures traversent la pièce. 

 

C'est une pièce d'égoïsme et d'orgueil 

 

Médée est une  humaine et une mère de famille perdue. On lui enlève l’amour de sa vie, loin de son pays natal, loin de ses attaches, de sa famille qu’elle a abandonnée et sacrifiée pour l’amour. Dans ce doute énorme et cette perdition j’aimerais que Médée redevienne  une petite fille égoïste et extrême. Elle a des rêves mais elle se rend compte qu’elle ne peut les réaliser et prend conscience que pour renaître et pour revivre elle va devoir faire des sacrifices et effacer ses « erreurs ». Médée décide donc de vivre pour elle. De vivre sa vie loin du rôle de mère, et d'épouse mais vivre son rôle de femme de vengeance. Il y a une grande naïveté. Malgré sa folie, Médée  a en elle énormément de douceur, de sensibilité et de fragilité. C'est avant tout une femme détruite qui essaie par tous les moyens de se reconstruire et de reprendre le dessus sur les différents évènements qui lui arrivent. C'est notamment en se refugiant dans ses rêves et en cherchant la solitude qu'elle réussit à surmonter ses épreuves. Elle ne se lamente pas sur sa vie au contraire elle l'assume la brandit telle une arme en disant : regardez ce que j'ai fait, et ou j'en suis, ma route n'est pas finie. Jason j'ai vécu pour toi en essayant de te rendre heureux tu me rejettes. Je vais exister maintenant en d

 

Des corps d’homme et de femmes face à des corps de héros.

Le corps du héros grec est généralement le corps d'un adolescent plein de vie et d’envies.

 

Médée est constamment  en équilibre, prête à tomber pour trouver son chemin, sa voie. Dans sa quête elle cherche aussi son corps, le corps qu'elle va devoir porter. Elle rejette du même coup le corps de mère et d'épouse. 

Je veux travailler pour Médée sur des corps qui se débattent, des corps qui cherchent à survivre. La corporalité du choeur est une corporalité de sportifs,  sportifs dans l’effort physique mais en ne délaissant pas le texte. Le corps comme vitrine de la vie et du vivant. Je cherche à montrer chez chacun le corps de l'adolescent, le corps plein de vitalité et d'envies tant sexuelles que de combats. Un corps d'ou naîtra la parole. Pour Créon et Jason un corps éponge du temps. Le corps comme témoin de la vie. Une parole directe et droite laissant transpirer les rêves de chacun, les envies, les haines. 

C’est à partir des corps de chacun que le costume se trouvera. Je ne veux pas de costumes d’époque ou connotés. Je veux des costumes qui dessinent le corps des acteurs. La langue sera l’arme de Médée. Le langage constitue l'histoire d'un individu, retraçant son chemin dans le monde. Médée  brandira la langue comme arme plus destructrice que  la mort. Je veux trouver chez Médée le moment précis où la folie prend le dessus sur la raison transformant le corps et la voix. Médée se retrouve impuissante esclave de sa folie.

 

MÉDÉE

  • Icône social Instagram
  • Facebook - Black Circle

© 2023 par Troupe de théâtre. Créé avec Wix.com
 

Compagnie La Passée Laurent CAZANAVE

Licence : 2-1046593

 

7 bd Marcel Pourtout 92500 Rueil Malmaison

compagnielapassee@gmail.com

 

Line Raynard chargée de production 

Laurent Cazanave Directeur artistique

Michael Pothlichet Responsable jeune public

Caroline Jaubert Responsable danse

Pour cotiser ou faire un don merci d'envoyer un chèque libellé à l'ordre de La Compagnie La Passée à l'adresse suivante:
Martine BERTOT
73 Avenue Philippe Auguste
75011 PARIS
Nous comptons sur vous!

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now